Le Bullet Journal® aka BuJo

Motivée par une rentrée imminente, fin août 2016, je me suis lancée dans ce fifou de projet : Le Bullet Journal®. Je vais tenter d’expliquer en quoi cela consiste. Essayer. Et comme je le répèterai souvent, au final VOUS FAITES COMME VOUS VOULEZ.

Kézako ?

 Le Bullet Journal, ou pour faire plus court le BuJo, c’est une petite (ou pas) chose bien pratique, créative, qui (normalement) te permet de gagner du temps.

Mis en place par Ryder Carroll, par ici son site, il s’agit simplement d’un croisement entre :

  • un organiseur
  • un agenda
  • un journal intime

J’avais personnellement besoin d’une solution pour m’organiser en voyant l’année chargée qui m’arrivait en pleine face.

Le BuJo m’a paru évident. Le voyant pointer son nez sur mon pinterest, sur tumblr depuis plusieurs mois, il me paraissait comme un alien complexe et archaïque, mais s’est avéré indispensable et même libérateur.


Les avantages :

  • La liberté : malgré la base commune à tout BuJo, le principe primordial « fais comme tu veux ». Certains le garderons simple et sobre. Perso, il me sert au passage d’exutoire créatif.
  • La créativité : je tiens à préciser ce point en plus de la liberté. Car pour moi si le BuJo était d’abord une façon de m’organiser, de planifier à l’avance sur le court et long terme, il m’aura permis de prendre du temps pour dessiner, pour embellir certaines pages. Chose totalement facultative ! Ceci est simplement va vision et mon utilisation du BuJo, je comprends totalement les personnes qui ont besoin de le garder le plus simple possible.
  • La régularité que le système impose. Le BuJo demande d’être régulier, d’y revenir tous les jours, et donc de se cadrer.

Les points négatifs :

  • Le temps pour mettre en place certaines pages. L’outil est fait pour gagner du temps, mais au départ on peut perdre plusieurs heures à tout mettre en place.
  • Laddictivité du truc. On se retrouve facilement piégé entre les pages, à vouloir les embellir, à vouloir en rajouter.

Comment ça marche ?

Le site officiel (en anglais) de Ryder Carroll et celui de SohoHana (en français) m’ont permis de bien démarrer. Le BuJo observe quelques règles et outils de base :

  • Un carnet : j’ai utilisé un carnet ligné acheté chez Hema avec un couverture que j’ai pu personnaliser. Beaucoup recommande d’investir dans un Leuchtturm1917 (nom impossible à prononcer pour ma part, on se retrouve toujours à l’appeler le Leuchtmachinchose). Investir car le carnet coûte environ une 15€. Mais on fait comme on veut. D’autres utilisent un classeur, d’autres un cahier A4. C’EST COMME VOUS VOULEZ. Ce qui vous parait, à vous, le plus pratique, ce qui vous correspond.

MàJ : j’ai récemment viré de bord et investi dans un Leuchtmachinchose (acheté à Trait). Best. Decision. Ever ! On y voit les petits notebooks-leuchtturm-1917-hardcover-notebook-black-7avantages pratiques : pointillé au lieu de ligné, du coup beaucoup plus de liberté de création mais tout en ayant des repères fixes. Les pages sont déjà numérotés et l’index existe déjà. Et on note la petite pochette au fond, dans laquelle, perso, je glisse tous les autocollants dont je me sers.

Petite précision : je ne retire aucun bénéfice du fait de citer cette marque, juste une simple constatation, le prix en vaut le coup !


  • Un stylo : ou DES stylos. J’utilise un stylo basique noir (aussi acheté chez Hema), mais j’ai autour de mon bureau une ribambelle de stylos et feutres me permettant de me lâcher. Encore une fois, ce n’est pas nécessaire ! Il faut faire comme on le sent.

  • L’index : les 4 premières pages vont être réservées à votre INDEX. Il s’agit d’un sommaire où on reporte chaque entrée avec son numéro de page correspondant.

  • Légende : une page suffit, permettant de référencer les différentes « bullet » ou signes que vous avez utilisé. Une meilleure idée m’est apparue sur pinterest pour remplacer cette page : un petit volet se repliant et se dépliant à la fin du BuJo, permettant d’y accéder tout le temps.

  • Planning Annuel : sur 6 pages, étalez les 12 mois de l’année à venir (2 mois par pages). Le vide va vous permettre au fur et à mesure de marquer des dates, des délais important.
  • Planning Mensuel : deux pages réservées à un mois. Ces pages se font au fur et à mesure. Je prends toujours une petite heure ou deux à la fin de chaque mois pour créer le mois suivant. D’un côté, les dates, simple numéro accompagné de l’initiale du jour qui correspond. De l’autre, de l’espace pour créer une forme de To-Do List pour mois.
  • Planning Hebdomadaire : le planning de la semaine à venir. Beaucoup le font au jour le jour, se posant chaque soir pour créer une sorte de planning pour le jour suivant, incluant horaires de réunions/cours, des choses à faire…

Et voilà !


Bon en vrai, c’est pas tout. On ne s’arrête pas à un calendrier et basta !

On peut y intégrer des listes de choses qu’on aimerait voir, lire, des citations, des trackers… Les catégories de « collections » sont vastes.

Je reviendrais sûrement dans d’autres articles sur la personnalisation, l’utilisation du BuJo, mais pour un premier article sur le sujet, je vais m’en tenir là. Pour les nouveaux adeptes, bienvenu (ça fait pas secte du tout…).

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s